Noël, grande fête du culte de Mithra

 

Toutes les civilisations anciennes ont fêté entre le 22 et le 27 décembre le Soleil reprenant vie, allongeant la durée du jour, du Mexique à la Scandinavie, de la Mésopotamie au Japon. Ce Sauveur lumineux vainqueur des Ténèbres et de la Mort, s’est appelé Mithra, Janus, Rê ou Mère Soleil. Aujourd’hui, le christianisme fête la naissance de Jésus dans la nuit du 24 au 25 décembre.

La légende

Le culte de Mithra est oriental. Il se différenciait des autres cultes à mystères par l'absence de rites orgiaques et surtout par la présence d’un « Sauveur ». D'après la légende, Mithra serait né d'un rocher et certaines traditions parlent d'une caverne dans laquelle il s'enfermait et dont il ne sortait qu'une fois l’an. L'épisode le plus important de sa mythologie était le vol du taureau. Sur l'ordre du Soleil que lui transmit un corbeau, Mithra fut obligé de sacrifier un taureau. De sa moelle germa le blé qui fournit le pain et de son sang naquit la vigne qui donna le vin. Ensuite Sol et Mithra se partagèrent la chair de l'animal et scellèrent leur amitié. La vie terrestre de Mithra se termina peu de temps après par son ascension au ciel. Ce repas (Eucharistie), et l'ascension au ciel de Mithra trouvent une analogie avec la religion chrétienne. Mais ce n’étaient pas les seules. Les deux religions partageaient une vision similaire sur la fin du monde, le jugement dernier et la résurrection des morts. Si l'on ajoute que Mithra était fêté le 25 décembre, on comprend facilement la « concurrence » exercée vis à vis de la religion chrétienne.

Extrait de : Chrétiens ou païens ? Le culte de saint Martin en Forez par Jacques Verrier, vice-président du GRAL

Cultes a mystere 1ga

Le bas-relief de Mithra, à Bourg-Saint-Andéol (07), est sculpté dans la falaise. Il se trouve dans un milieu riche en eaux, à la naissance de sources. C’est le seul élément subsistant du mithraeum (temple de Mithra). Il mesure 2,50 m x 1,85 m. Le dieu est représenté comme un jeune homme vêtu d’une tunique et coiffé d’un bonnet phrygien. Il chevauche un taureau et plonge un poignard dans son cou. Tout un symbolisme figure autour de la scène : le serpent représente un renouveau ; de la queue de la bête jaillissent des épis de blé ; un chien lèche le sang issu de la blessure ; un scorpion fixe ses pinces sur les testicules du taureau, sources de la fécondité. Au dessus et de part et d’autre de la scène figurent Sol et Luna . Au-dessus de l'épaule de Mithra vole un corbeau, messager de Sol.

Cultes a mystere 1g

Le culte

Mithra, le Soleil Invincible, renaît au solstice d'hiver (21 ou 25 décembre) à cette date dans une grotte, sous l’apparence d’un petit enfant. Il est le Sauveur qui va fertiliser la Terre.

L’ancienne religion mithraïque, d’origine perse, devient le plus important culte du bassin méditerranéen, durant le Bas-Empire romain.

Les adorateurs de Mithra reconnaissaient une divinité unique manifestée par la lumière des astres (le soleil, brillant et invincible). Le 25 décembre (solstice d’hiver fixé par le calendrier Julien) constituait la fête principale des adeptes de ce culte. Ils commémoraient la naissance de Mithra (Sol Invictus), dans une grotte, enfant d’une vierge et entouré de pasteurs. Suite à l’annonce de sa naissance, les rois mages, guidés par une étoile, vinrent offrir l’encens, la myrrhe et l’or. Mithra a été inspiré par l’Esprit de Dieu qui descendit sur lui à l’âge de 30 ans. Le baptême, le repas rituel du dimanche, jour du Soleil, comprenant du pain et du vin et la résurrection des morts font partie du culte mithraïque.

Dans la religion mithraïque perse, Mithra est un Dieu de solidarité, de fraternité

Cultes a mystere 1gb

Bas relief symbolisant le culte de Mithra.
Musée Saint-Pierre de Vienne (Isère)

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.